• Marc Fournier OTC

regarde les hommes mourir !


La vie tourne toujours !

Il y'a peu, lors d'une journée de garde pompier, je suis amené à décaler pour intervenir auprès d'une personne inconsciente.


A notre arrivé sur place, nous constatons que la victime est en arrêt cardiaque et nous entamons rapidement la procédure de réanimation (massage, ventilation...). En tant que premiers secours, nous sommes assistés par le véhicule infirmier qui met ses moyens et compétences à disposition pour renforcer l'efficacité de l'intervention.


Et nos efforts payent !


Au bout d'une dizaine de minutes, le cœur de notre victime se remet en route. Certes son rythme est irrégulier, pour ne pas dire anarchique, mais un semblant de vie est toujours là. A ce niveau bien sûr, rien n'est certain quant à l'amélioration de la situation et compte tenu de nos moyens, nous restons attentifs à l'état de la victime en attendant l'arrivée du SMUR, déjà pris sur une autre intervention, qui pourra quant à lui compléter l'action menée, au niveau médical.

Jusque là tout va bien et l'intervention, pour aussi grave soit-elle, n'en demeure pas moins "classique" si ce n'est au regard du néophyte qui pourrait la trouver perturbante. Il va cependant se produire un fait inattendu qui va prendre tout le monde de cours. Le chef du staff infirmier est en ligne avec le médecin traitant de la victime qui lui indique que son patient à clairement exprimé le souhait de ne pas être réanimé en cas d'arrêt cardiaque.

Silence dans les rangs au moment de l'annonce de la nouvelle....


Si arrêt, pas de réa !


Au sol au milieu de nous, il y'a un homme qui était "techniquement mort" à notre arrivée et qui vient de retrouver un semblant de vie suite à notre action.


Si arrêt, pas de réa...


On aurait préféré le savoir avant !


Mais bon, le message est entendu et les choses étant ce qu'elles sont, il ne nous reste plus qu'à respecter la volonté de la victime. Dès lors, nous attendons. Nous attendons que ce cœur usé et fatigué par la vie produise son dernier effort pour gagner un repos sûrement bien mérité après tant d'années.

Nous savons tous très bien qu'au vue des circonstances, la "machine" est en fin de course et que s'acharner à la relancer ne servirait à rien d'autre que prolonger de quelques heures ou jours un fonctionnement déjà bien défaillant.

Il y'a somme toute quelque chose d'un peu irréel à ne rien faire d'autre qu'attendre que tout s'arrête; tout simplement. Mais ça ne dure pas longtemps et au bout d'une poignée de minutes, je prends un pouls pour constater que sous mes doigts il n'y a plus rien. C'est fini.

Une pensée vient alors se fixer dans mon esprit:


"Regarde les hommes mourir."


Je vous accorde que cette intro est un peu brutale et je m'excuse si elle a pu heurter certain(e)s d'entre vous.

Mais cette situation un peu inhabituelle m'a entraîné dans une réflexion qui m'a ramené dans l'univers familier du coaching et de l'accompagnement. Une question est venue me heurter soudainement quelques jours plus tard alors que je repensais à ce moment.


"Combien de personnes as tu croisé dans ta vie, qui étaient en perdition et que tu as regardé mourir ?"


Soyons clair, quand je dis mourir, c'est au sens figuré du terme. Quoique....

Enfin, quoiqu'il en soit, le fait est qu'il m'est déjà arrivé de constater que telle ou telle personne dans mon entourage plus ou moins proche et familier, était en difficulté dans son travail, son couple, son équipe, sa vie... qu'elle était vraiment en perdition et que, pour autant, je n'ai rien fait d'autre que d'assister au naufrage.


Regarde les hommes, les femmes, mourir...


Bien sûr, j'ai compris depuis longtemps que je ne peux aider qu'à la hauteur de mes compétences et que, en dehors du cadre stricte de l'urgence vitale, si la personne concernée le demande. Mais la question reste posée.


Combien de fois dans ma vie, j'aurai pu, dû, intervenir et n'avoir rien fait faute d'intérêt, de volonté ou de courage ?


Alors, je ne vais pas m'auto flageller ! Ce qui est passé est passé. Mais je ne compte plus le nombre de fois où j'ai croisé, et dans l'entreprise plus qu'ailleurs, ces regards vides de sens, vides de vie. Ces regards qui traduisent si bien le poids routinier du quotidien, la pression de la hiérarchie et des objectifs, l'inquiétude du lendemain, le manque de moyens, l'aigreur des "collaborateurs" qui vivent bien souvent la même situation et tans d'autres causes encore.... Bref, autant de regards qui s'envolent parfois loin au-delà du bureau, l'espace d'un instant rêveur, perdu dans la vie propre à chacun avant de revenir s'éteindre dans la réalité du quotidien.


Regarde les hommes mourir....


Evidemment, tout le monde n'est pas plombé par son rôle dans l'entreprise. Heureusement!


Il y'a la place pour le rire, le partage, le soutien, l'amitié et même l'amour parfois, dans notre travail comme dans les autres sphères de notre vie.


Mais il appartient à chacun d'être vigilant.

D'être vigilant à son humeur et son état interne. D'être discrètement attentif à ce qu'il ressent, reçoit et projette sur lui, les autres et son environnement. Attention ! Je ne parle pas ici d'être à l'écoute de ses pensées. Notre tête est un vaste terrain de jeux, une immense salle de théâtre où se jouent toutes les pièces que nous imaginons. Et notre imagination est sans limites !


Non, il s'agit ici du corps. De ce qu'il perçoit et ressent.


Le corps ne ment pas. Il parle avec ses mots. Il parle avec ses maux. Son vocabulaire est interne et vivant. Son langage est interne et vibrant. Il nous protège, il nous expose comme il nous cache. Certains d'entre nous se cachent, s'abritent littéralement dans leur corps. Il est aussi porteur de la mémoire de ce que nous avons déjà vécu, voire de ce que d'autres générations avant nous ont vécu et nous ont transmis génétiquement.

Notre corps est un merveilleux instrument qui aime nous ramener à la présence ici et maintenant.


Qui parmi nous ne s'est jamais cogné la tête en se redressant dans sa cave ou son grenier ?

Qui n'a jamais trébuché parce qu'il ne regardait pas où il posait les pieds ?

Qui n'a jamais marché dans la m....!?


Vous vous rappelez de votre réaction lors de ces incident et à quel point votre corps, en une fraction de seconde, a fixé votre attention sur le présent, ici et maintenant ?


Dans mes accompagnements, je travaille beaucoup avec le ressenti corporel pour comprendre les signaux, les alertes et leurs conséquences possibles. Bien plus que les pensées, le corps nous dit simplement ce que nous ressentons dans l'instant. Se sent-il serein ou inquiet ? Se sent-il en sécurité ? Est-il disposé à laisser circuler son énergie ?

De ce que notre corps perçoit de son environnement, dépend directement ce que notre tête manifestera comme pensée de l'instant.


Osez changer de paradigme : "Je suis, donc je pense" !


Et vous, dans l'ici et maintenant, que vous dit votre corps ? Que ressentez vous ? Comment "vibrez" vous ? Y a t'il autour de vous d'autres corps qui vibrent et qui vous influence ?

Regardez bien, prenez cet instant. Imprégnez vous de votre environnement. Laissez filer vos pensées, elles ne s’arrêteront pas. Plongez en vous même. Ressentez votre état. Ressentez l'espace et les autres autour de vous.


Est-ce que votre collègue est tendu ou apaisé ?

Quel atmosphère se dégage de votre bureau ou de votre atelier ?

Dans quel état vous mets ou vous a mis votre dernière réunion, votre prochain entretien ?

Qui déclenche cette tension en vous ?

Qui déclenche ce stress qui vous paralyse ou vous pousse à faire et dire n'importe quoi ?

Comment votre corps réagit face à cette personne ?


Rien n'est plus simple que de prendre un temps pour (s')écouter. Laissez vos sens s'ouvrir, ils ont tant à vous dire.


Les Massaï disent : "L'homme pense mais surtout, il vibre."


Alors... regarde les hommes vibrer !


Belle journée.


Marc Fournier OTC



50 vues
Contact

Marc Fournier OTC

35730 Pleurtuit

​​

marc fournier OTC coaching

Oser

Transformer

Changer

© 2019 OTC Accompagn'Humain. Créé avec Wix.com

Vous avez des questions ? 
Vous souhaitez un RDV découverte gratuit ?
Complétez le formulaire ci-dessous.
Je vous répondrai dans les plus brefs délais.